dimanche 15 février 2015

Rue des voleurs - Mathias Enard

Par Ariane


Auteur : Mathias Enard

Titre : Rue des voleurs

Genre :

Langue d’origine :

Editeur : Actes sud

Nombre de pages :

Date de parution : août 2012

Présentation de l’éditeur :

C’est un jeune Marocain de Tanger, un garçon sans histoire, un musulman passable, juste trop avide de liberté et d’épanouissement, dans une société peu libertaire. Au lycée, il a appris quelques bribes d’espagnol, assez de français pour se gaver de Série Noire. Il attend l’âge adulte en lorgnant les seins de sa cousine Meryem. C’est avec elle qu’il va “fauter”, une fois et une seule. On les surprend : les coups pleuvent, le voici à la rue, sans foi ni loi.
Commence alors une dérive qui l’amènera à servir les textes – et les morts – de manières inattendues, à confronter ses cauchemars au réel, à tutoyer l’amour et les projets d’exil.
Dans Rue des Voleurs, roman à vif et sur le vif, l’auteur de Zone retrouve son territoire hypersensible à l’heure du Printemps arabe et des révoltes indignées. Tandis que la Méditerranée s’embrase, l’Europe vacille. Il faut toute la jeunesse, toute la naïveté, toute l’énergie du jeune Tangérois pour traverser sans rebrousser chemin le champ de bataille. Parcours d’un combattant sans cause, Rue des Voleurs est porté par le rêve d’improbables apaisements, dans un avenir d’avance confisqué, qu’éclairent pourtant la compagnie des livres, l’amour de l’écrit et l’affirmation d’un humanisme arabe.


Mon avis :

Après le très joli Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, j’ai choisi Rue des voleurs pour poursuivre ma découverte du talent de Mathias Enard. Et je n’ai pas du tout été déçue.

Lakhdar est un jeune homme ordinaire ayant grandi dans une famille ordinaire. A dix-huit ans, il aime lire des polars, traîner avec son copain Bassam et fantasmer sur les seins de sa cousine Meryem. Lorsqu’il est surpris nu en sa compagnie, il est battu et chassé par son père. Commence alors une longue errance. Des rues de Tanger à celles de Barcelone, nous accompagnons le jeune tangérois dans sa quête d’identité et de liberté. A travers ses yeux, nous revivons des événements de l’actualité récente : le printemps arabe, les attentats de Toulouse, le mouvement des indignés, la crise économique en Espagne,…

Mais sur ce fond très contemporain d’autres sujets bien plus intemporels sont abordés : la quête de soi, de liberté, d’amour, d’espoir,…

Le personnage de Lakhdar, jeune homme brillant, passionné de littérature est sympathique. Toutefois, il tergiverse énormément, se pose beaucoup de questions mais agit peu. Par ailleurs, j’ai trouvé qu’il manquait un peu d’épaisseur. J’ai trouvé très intéressant le personnage de Bassam, qui incarne l’embrigadement religieux de certains jeunes.

L’un des grands atouts de ce roman est incontestablement la magnifique écriture de l’auteur. Comme avec Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, j’ai été conquise par un style fluide et entraînant, presque poétique par moments. Les références à la littérature arabe classique sont très intéressantes et intrigantes quoique totalement inconnues pour moi, même si certains noms éveillent un certain écho en moi.

La fin du roman m’a véritablement surprise, je ne m’attendais pas du tout à cela.

Ce fut donc encore une belle découverte, je vais donc continuer sur ma lancée et continuer à lire d’autres romans de l’auteur.



Extrait :

"Les villes s’apprivoisent, ou plutôt elles nous apprivoisent ; elles nous apprennent à bien nous tenir, elles nous font perdre, petit à petit, notre gangue d’étranger ; elles nous arrachent notre écorce de plouc, nous fondent en elles, nous modèlent à leur image – très vite, nous abandonnons notre démarche, nous ne regardons plus en l’air, nous n’hésitons plus en entrant dans une station de métro, nous avons le rythme adéquat, nous avançons à la bonne cadence et qu’on soit marocain, pakistanais, anglais, allemand, français, andalou, catalan ou philippin, finalement Barcelone, Londres ou Paris nous dressent comme des chiens."

Lu dans le cadre du challenge Petit bac organisé par Enna, catégorie lieu. 

Les avis de Mimi,, JosteinKathel, Hélène,



12 commentaires:

  1. C'est un livre que j'ai beaucoup aimé et que je recommande dès que je peux ! Comme toi, je n'ai pas continué encore ma découverte de l'auteur...

    RépondreSupprimer
  2. Un genre un peu différent de Parle leur de batailles...mais un très beau roman aussi qui m'a un peu rappelé celui de Tahar Ben Jelloun, Partir.
    Je n'ai lu que ces deux romans de Mathias Enard, mais j'ai lu aussi un roman graphique superbe, Tout sera oublié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a longtemps que je n'ai pas lu Tahar Ben Jelloun, c'est aussi un écrivain que j'aime beaucoup.
      Ariane

      Supprimer
  3. Je n'ai pas encore lu cet auteur, j'ai bien l'intention de le faire un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère découvrir bientôt ses autres romans mais s'ils sont à la hauteur des deux que j'ai lu alors il deviendra un incontournable pour moi.
      Ariane

      Supprimer
  4. Un auteur français que je promets de découvrir depuis tellement longtemps ! JE commencerais peut-être avec ce titre-là plutôt qu'avec "les éléphants" d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les deux m'ont tellement plu que je ne saurai en conseiller un plutôt que l'autre ! D'autant que les deux univers sont très différents.
      Ariane

      Supprimer
  5. Je l'ai lu en version audio et j'ai adoré!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais essayé les livres audio et je ne crois pas que ce soit fait pour moi !
      Ariane

      Supprimer
  6. Ce livre m'a été conseillé après la lecture de Parle leur de batailles…, je constate que tu partages cet avis. Plus que l'histoire, j'avais apprécié l'écriture minimaliste et grandement poétique de Mathias Enard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve aussi le style de l'auteur très séduisant.
      Ariane

      Supprimer