vendredi 10 avril 2015

Amours - Léonor de Récondo

Par Ariane



Auteur : Léonor de Récondo
Titre : Amours
Genre : roman
Langue d’origine : français
Editeur : Sabine Wespieser
Nombre de pages : 280p
Date de parution : janvier 2015

Présentation de l’éditeur : 
Nous sommes en 1908. Léonor de Récondo choisit le huis clos d’une maison bourgeoise, dans un bourg cossu du Cher, pour laisser s’épanouir le sentiment amoureux le plus pur – et le plus inattendu. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un notaire, à prendre en mains sa destinée. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l’héritier Boisvaillant tant espéré. 
Comme elle l’a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s’apprête à enfouir le secret de famille. Mais Victoire n’a pas la fibre maternelle, et le nourrisson dépérit dans le couffin glissé sous le piano dont elle martèle inlassablement les touches.
Céleste, mue par son instinct, décide de porter secours à l’enfant à qui elle a donné le jour. Quand une nuit Victoire s’éveille seule, ses pas la conduisent vers la chambre sous les combles… 
Les barrières sociales et les convenances explosent alors, laissant la place à la ferveur d’un sentiment qui balayera tout.

Mon avis : 
Magnifique. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit après cette lecture.

Victoire et Céleste sont deux femmes que tout oppose, qui vivent sous le même toit sans se connaître réellement. L’une est la maîtresse de maison, mariée à un notable qu’elle n’aime pas. Elle s’ennuie dans cette vie étriquée et sans intérêt, sans passion. Céleste n’a pas le temps de s’ennuyer, la jeune bonne travaille sans relâche et subit régulièrement les assauts d’Anselme, le mari de Victoire. Deux femmes prisonnières de leurs conditions, qui vont se rapprocher et découvrir ensemble la passion suite à la naissance du fils de Céleste et de son patron. Céleste et Victoire vont découvrir ensemble l’amour et le plaisir, découvrir leur corps. Le corps consacré au travail et violé de Céleste, le corps caché et prisonnier des corsets de Victoire.  
Si Adrien est issu d'un viol, c'est par leur amour que Céleste et Victoire lui donnent vie. Cet enfant né sans amour d'une relation sans amour, dont Victoire sa mère adoptive ne sait que faire. Elle le délaisse et l'enfant dépérit jusqu'à ce que Céleste le prenne auprès d'elle la nuit. Victoire les rejoint, et ensemble par leurs corps et leur amour elle l'amènent à la vie. 

Amours. Au pluriel est un titre parfaitement bien choisi pour ce roman. Amour de Céleste et de Victoire. Amour de chacune d’elle pour le petit Adrien. Beaucoup d’amour dans ce roman. Mais des amours cachés, tus, secrets.

La plume délicate de Léonor de Récondo m’a une fois de plus totalement séduite. Ses mots coulent avec fluidité. Elle explore avec pudeur cet amour inavouable d’une beauté pure et tout en retenue, cette liberté secrète au sein du carcan des conventions sociales, cet amour caché derrière les apparences de la maison bourgeoise. Mais aussi la honte, le doute et la peur.

Un pur bijou ciselé avec délicatesse à découvrir.

Voir les billets de Clara, Eva et Micmelo

Extrait :
« Si elle avait eu le choix – mais ce mot n’existe ni dans sa condition, ni dans son vocabulaire-, elle aurait dit : « Non ». Elle l’aurait même hurlé. »

Lu dans le cadre du challenge amoureux dans la catégorie amour adultère/impossible/inavouable et dans le cadre du challenge petit bac pour la catégorie titre en un seul mot


D'autres avis chez Clara, Jostein, Micmelo, Eva, Jérôme, Papillon, Sandrion,

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. J'ai l'impression que les avis sont plutôt unanimes;
      Ariane

      Supprimer
  2. J'ai prévu de le lire, je n'ai pas vérifié, mais il est sûrement à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  3. Rhaaaa, que de coups de cœur sur ce roman ! Mon petit doigt me dit qu'on va me l'offrir bientôt, j'ai hâte de m'y plonger !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serai curieuse de lire l'avis d'un homme, car je trouve l'histoire et l'écriture de Léonor de Récondo très féminines.
      Ariane

      Supprimer