vendredi 3 avril 2015

Beloved - Toni Morrison

Par Ariane


Prix Pullitzer 1988
Auteur : Toni Morrison
Titre : Beloved
Genre : roman
Langue d’origine : anglais (américain)
Traducteur : Hortense Chabrier et Sylviane Rué
Editeur : Christian Bourgois
Nombre de pages : 379p 
Date de parution : 1989

Présentation de l’éditeur : 
« Le 124 était habité de malveillance. Imprégné de la malédiction d'un bébé... » A Bluestone Road, près de Cincinnatti, vers 1870, les meubles volent, la lumière allume au sol des flaques de sang, des gâteaux sortent du four marqués d'une petite main de bébé. Dix-huit ans après son acte de violence et d'amour maternel, Sethe l'ancienne esclave et les siens sont encore hantés par la petite fille de deux ans qu'elle a égorgée. Jusqu'au jour où une inconnue, Beloved, arrivée mystérieusement au 124, donne enfin à cette mère hors-la-loi la possibilité d'exorciser son passé. Parce que pour ceux qui ont tout perdu, la rédemption ne vient pas du souvenir, mais de l'oubli.
Ce roman aux résonances de tragédie grecque, au style d'une flamboyante beauté lyrique, a reçu en 1988 le prix Pulitzer et a figuré pendant des mois en tête des listes de best-sellers en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.



Mon avis : 
D’un roman qui aborde à la fois l’esclavage et l’infanticide on se doute que la lecture e sera particulièrement difficile. Et effectivement, la lecture de ce roman a été pour moi très laborieuse.
Sethe, esclave en fuite sur le point d’être reprise, a préféré tuer ses enfants plutôt que de les voir devenir esclaves « Que si je ne l’avais pas tuée, elle serait morte et que je ne l’aurais pas supporté. ». Ce geste irréparable, monstrueux peut-il être compris ? Excusé ? Est-ce un geste de folie ou d’amour ultime ?
Mais l’esprit de l’enfant assassinée hante la maison et la famille. L’enfant a soif d’amour, elle réclame sa mère, elle est furieuse. C’est avec cette seule compagnie que vivent Sethe et Denver, sa plus jeune fille. Ses fils sont partis sans se retourner, la grand-mère est morte. Et le quotidien monotone change à l’arrivée de deux personnages : Paul D, un ancien esclave de la plantation d’où Sethe s’est échappée, puis Beloved, jeune femme inconnue et mystérieuse, obsédée par Sethe.
Mais les personnages ne sont pas seulement hantés par le fantôme. Ils le sont aussi par leur passé, leurs souvenirs. Qu’est-ce que la liberté quand on a été esclave ? « Se libérer était une chose ; revendiquer la propriété de ce moi libéré en était une autre. ». 
L'évocation des traitements infligés aux esclaves est terrifiante. Bien que ces violences physiques, morales, sexuelles... soient bien connues, c'est à chaque fois une nouvelle claque. Et comme Paul D on se demande sans cesse "Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?". A la plantation du Bon abri, Paul D, Sethe et les autres ont connu deux maîtres. D'abord Garner qui les traitait bien, puis celui qui est toujours appelé Maître d'école, archétype de l'esclavagiste violent, sûr de son bon droit, qui parlant de Sethe, demande à ses élèves de dresser "ses caractéristiques humaines à gauche; ses caractéristiques animales à droite." Mais finalement, Garner, le bon maître n'est pas vraiment meilleur que Maître d'école. Certes, il prend soin de ses esclaves, qui chez lui ont une certaine liberté, mangent à leur faim et ne sont jamais battus, il tient compte de leurs avis, il les traite comme des hommes. Oui justement. Il les traite comme des hommes et non pas en hommes. Car, les esclaves n'ont pas le droit de sortir sans son autorisation, Halle doit travailler des années pour racheter la liberté de sa mère et Madame Garner ne voit absolument pas l'intérêt de faire bénir le mariage de Sethe et Halle. 
L’écriture de Toni Morrison est particulièrement dense et complexe, son style par moments  poétique et totalement énigmatique. Il y a des passages entiers auxquels je n’ai absolument rien compris…  
Je n’ai pas totalement accroché avec cette lecture. Je n’ai pas été séduite par le style, je n’ai pas ressenti d’attachement particulier aux personnages et j’ai eu du mal à suivre l’histoire. J’ai du m’accrocher pour tenir jusqu’à la fin, peut-être ne l’aurais-je pas fait s’il ne c’était agi d’une lecture commune.


Extrait :
« Et ils chantaient en rythme. Les femmes pour les avoir connues, et puis fini, fini. Les enfants pour en avoir été, ce qui ne serait jamais plus. Ils tuaient le patron si souvent et si radicalement qu’il leur fallait bien le ramener à la vie pour l’étriper encore une fois. Avec en bouche le goût de la galette chaude parmi les sapins, ils tapaient en cognaient à plus soif. Ils chantaient des chansons d’amour à Madame la Mort et lui écrasaient la tête. Plus que le reste, ils tuaient l’allumeuse que les gens appellent Vie pour les avoir dupés. Pour leur avoir fait croire que le prochain lever de soleil en vaudrait la peine ; qu’un bout de temps de vie en plus changerait tout, enfin. »

Il s'agissait d'une lecture commune avec Jostein dont vous trouverez l'avis ici

Lu dans le cadre du challenge Petit bac dans la catégorie titre en seul mot.

16 commentaires:

  1. Je sais que c'est quasiment un classique et souvent je me dis : allez, cette fois-ci, je le lis ! Mais j'avoue que tu m'as passablement refroidie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'arrête pas à mon avis. C'est un roman qui mérite d'être découvert mais mieux vaut être prévenue !
      Ariane

      Supprimer
  2. L'intérêt d'une LC est que l'avis des co-lecteurs nous parle davantage. Ta chronique est claire et bien construite.Elle identifie parfaitement les deux thèmes du récit (esclavage et infanticide)
    Nous sommes d'accord sur la difficulté de lecture.
    Merci de m'avoir accompagnée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup le principe des lectures communes, parce que les autres lecteurs mettent en lumière d'autres aspects du récit. Je trouve cela très instructif.
      Merci d'avoir partagé cette lecture avec moi, j'espère que la prochaine nous plaira plus.
      Ariane

      Supprimer
  3. Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule a avoir été rebutée par cette lecture. Je partage entièrement ton avis. La seule différence avec toi, c'est que je ne suis pas allée jusqu'au bout. J'ai pourtant essayé deux fois : la première il y a 15 ans, la deuxième il y a 6 mois. Peut-être que je réessaierai... dans une bonne dizaine d'années ! Pas avant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincèrement s'il n'y avait eu Jostein je ne suis pas sûre que j'aurai tenu le coup jusqu'à la fin !
      Ariane

      Supprimer
  4. Il m’intéresserait mais le sujet est trop dur, je ne pense pas le lire. il y a plusieurs années, j'ai lu du même auteur "L’œil le plus bleu" dont l'un des passages m'avait beaucoup impressionnée par sa dureté (mais j'avais douze ans, peut être n'aurais je pas la même sensibilité aujourd’hui)
    Daphné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'oeil le plus bleu est dans ma bibliothèque on verra. Mais je ne pense pas que ce soit le genre de roman pour une enfant de 12 ans effectivement !
      Ariane

      Supprimer
  5. Je n'ai jamais eu le courage de m'attaquer à ce livre. Je sais que j'y trouverai beaucoup d'horreurs et que l'humanité n'a pas énormément progressé, vu l'actualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je continue à espérer que l'humanité puisse progresser, mais sans trop y croire.
      Ariane

      Supprimer
  6. Son roman Home a été encensé par la blogosphère mais il m'a un déçu. Je ne pense donc pas lire celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'envisage de lire Home, j'espère qu'il me plaira plus.
      Ariane

      Supprimer
  7. L'impression qui revient chez toutes les deux est celle d'une lecture laborieuse. J'ai lu il y a longtemps Toni Morrison, (Le chant de Salomon) sans entrer vraiment dans cette lecture. J'ai écouté Home plus récemment, et je l'ai trouvé plus accessible, mais très fort...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note Home alors, car j'ai envie de découvrir cet auteur.
      Ariane

      Supprimer
  8. Je n'en ai lu qu'un d'elle et je n'avais pas trop accroché... mais lequel ?

    RépondreSupprimer