samedi 15 août 2015

Fin de mission - Phil Klay

Par Ariane



National Book Award 2014

Auteur : Phil Klay

Titre : Fin de mission

Genre : nouvelles

Langue d’origine : anglais (Etats-Unis)

Traducteur : François Happe

Editeur : Gallmeister

Nombre de pages : 320p

Date de parution : janvier 2015

Présentation de l’éditeur :

Un soldat en Irak doit abattre des chiens qui se nourrissent de cadavres, puis, quelques mois après, reprendre place sur son canapé dans une banlieue résidentielle où femme et labrador l’attendent. Un marine affecté aux “Affaires mortuaires” identifie, transporte et inhume des combattants indistinctement Irakiens et Américains. Pendant ce temps, un jeune officier se voit assigner la tâche absurde d’améliorer la vie des civils en leur apprenant à jouer au base-ball. 

Dans Fin de mission, Phil Klay emmène le lecteur sur les lignes de front de l’Irak et de l’Afghanistan. Il cherche à comprendre ce qui s’est passé là-bas, mais aussi, surtout, comment vivent ceux qui sont rentrés. Entre brutalité et foi, culpabilité et peur, impuissance et besoin de survie, les vétérans cherchent un sens à donner au chaos auquel ils ont réchappé. 



Écrit avec un réalisme pur et dur, ce livre fait de Phil Klay l’une des nouvelles voix les plus talentueuses de sa génération.



Mon avis :

Premier livre. Une vraie claque littéraire. Et sans être masochiste (50 nuances non merci très peu pour moi), c’est un vrai plaisir. S’il s’agit là de la première manifestation d’un talent littéraire alors on se dit qu’il va vraiment falloir s’accrocher pour la suite.

Dans ce recueil de nouvelles, Phil Klay emmène son lecteur en Irak et aux Etats-Unis auprès de soldats américains. Douze histoires, douze hommes qui ont vécu la même guerre, mais douze perceptions et expériences différentes. La guerre laisse des traces parfois terribles et visibles au premier coup d’œil (comme ce jeune soldat défiguré dans Histoires de guerre), parfois invisibles et beaucoup plus pernicieuses. Mais aucun n’est revenu indemne.

En tant qu’ancien soldat il connaît son sujet. La violence des combats, la peur, la haine, l’ennui. C’est violent, c’est dur, c’est émouvant, c’est terrifiant. Phil Klay n'édulcore rien, ne présente pas les soldats en héros, les Irakiens en ennemis. Ni pro ni anti-guerre, Il constate simplement, sans fioritures ni faux-semblants.

Une écriture très moderne, c’est simple, direct et efficace. Un style tranchant et incisif, percutant, en accord parfait avec le sujet.

Décidément les éditions Gallmeister ne me déçoivent jamais.



Extrait :

« J’avais pensé qu’il y aurait au moins une certaine noblesse dans la guerre. Je sais qu’elle existe. On raconte tant d’histoires, il faut bien que certaines d’entre elles soient vraies. Mais je vois surtout des hommes ordinaires, essayant de faire le bien, abattus par l’horreur, par leur incapacité à apaiser leur propre rage, par les airs virils qu’ils affectent et leur prétendue dureté, leur désir d’être plus implacables et par conséquent plus cruels que la situation dans laquelle ils se trouvent. »

L'avis de Jérôme

6 commentaires:

  1. quel enthousiasme ! Je note malgré le thème qui me tente moyen moyen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que ce thème puisse effrayer mais le ton est si juste, les différentes thématiques si bien explorées, que l'on dépasse vite ce sentiment.
      Ariane

      Supprimer
  2. Un coup de cœur pour moi aussi, je suis ressorti abasourdi de ce recueil de nouvelles au réalisme glaçant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman prenant qui laisse, comme tu le dis, abasourdi.
      Ariane

      Supprimer