dimanche 24 avril 2016

Une terre d'ombre - Ron Rash (Lecture commune 8)


Auteur : Ron Rash
Titre : Un pied au paradis
Genre : roman
Langue d’origine : américain
Traducteur : Isabelle Reinharez
Editeur : Seuil
Nombre de pages : 252p
Date de parution : janvier 2014

Résumé de l'éditeur:
Laurel Shelton est vouée à une vie isolée avec son frère — revenu de la Première Guerre mondiale amputé d’une main —, dans la ferme héritée de leurs parents, au fond d’un vallon encaissé que les habitants de la ville considèrent comme maudit : rien n’y pousse et les malheurs s’y accumulent. Marquée par ce lieu, et par une tache de naissance qui oblitère sa beauté, la jeune femme est considérée par tous comme rien moins qu’une sorcière. Sa vie bascule lorsqu’elle rencontre au bord de la rivière un mystérieux inconnu, muet, qui joue divinement d’une flûte en argent. L’action va inexorablement glisser de l’émerveillement de la rencontre au drame, imputable exclusivement à l’ignorance et à la peur d’une population nourrie de préjugés et ébranlée par les échos de la guerre.
La splendeur de la nature, le silence et la musique apportent un contrepoint sensible à l’intolérance, à la xénophobie et à un patriotisme buté qui tourne à la violence aveugle.
Après Le Monde à l’endroit , Une terre d’ombre prolonge une réflexion engagée par l’auteur sur la folie guerrière des hommes, tout en développant pour la première fois dans son œuvre romanesque une histoire d’amour tragique qui donne à ce récit poignant sa dimension universelle.

L'avis de Daphné:

Cela faisait longtemps que je souhaitais découvrir l'univers de Ron Rash, ayant lu de très bonnes critiques sur ses livres. L'occasion m'en a été donné lors d'une lecture commune avec Ariane. Et je ne le regrette pas!

Laurel vit avec son frère, Hank, dans un vallon plongé dans l'ombre d'une falaise. Sombre et humide, l'endroit est considéré comme maudit par les gens des alentours. Laurel, assimilée à une sorcière par ces mêmes gens à cause d'une tâche de naissance, vit alors dans la solitude.  Mais un jour, un homme fait son apparition dans le vallon. Il ne parle pas mais enchante Laurel avec la musique de sa flûte et fait renaît en elle un peu d'espoir. Avec cette rencontre, une autre vie serait elle possible pour elle?

Voici une histoire aussi sombre que l'endroit dans lequel elle se passe. Le vallon, terre d'ombre soumis, comme ses habitants, à la superstition et au malheur, fait office de personne à part entière. terre d'ombre cependant traversée, rarement, par quelques rayons de soleil, tout comme l'histoire. En effet, la vie de Laurel connaîtra elle aussi quelques rayons avec l'arrivée du mystérieux joueur de flûte. et si l'ombre atteindra de nouveau le vallon et ses habitants, nous ne pourrons qu'être émus par ses doux rayons qui éclaireront, pour quelques temps, l'existence de Laurel.

Roman sur les préjugés et la cruauté  des hommes, Une terre d'ombre est un livre bouleversant et particulièrement prenant. On glisse de l'ombre à la lumière, puis de nouveau à l'ombre, avec une grande finesse. Ombre et lumière d'un vallon, certes, mais également ombre et lumière du monde, de la vie des hommes. glissement de la solitude à l'espoir, de l'espoir au drame. 

Cette lecture sombre, parsemée cependant de tâches de lumière et de couleurs m'a beaucoup touchée.

Extrait choisi par Daphné:

"La falaise la dominait de toute sa hauteur, et elle avait beau avoir les yeux baissés, elle sentait sa présence. Même dans la maison elle la sentait, comme si son ombre était tellement dense qu’elle s’infiltrait dans le bois. Une terre d’ombre et rien d’autre, lui avait dit sa mère, qui soutenait qu’il n’y avait pas d’endroit plus lugubre dans toute la chaine des Blue Ridge. Un lieu maudit, aussi, pensait la plupart des habitants du comté, maudit bien avant que le père de Laurel n’achète ces terres. "



L'avis d'Ariane:

C’est à l’occasion d’une lecture commune avec Daphné que j’ai eu l’occasion de découvrir ce roman de Ron Rash que je n’avais pas encore lu. Il y a peu de temps que j’ai commencé à lire l’œuvre de Ron Rash, mais cet auteur est très vite devenu pour moi un incontournable. Je suis toujours enthousiaste lorsque j’ouvre un roman de cet auteur. Alors, cette lecture a-t-elle tenu ses promesses ?
La terre d’ombre c’est ce vallon isolé dans lequel vivent Laurel et son frère Hank. Dans ce lieu considéré comme maudit, tous deux sont à l’écart du monde. Et si Hank, revenu en héros de la guerre commence à gagner l’estime des habitants de Mars Hill, ce n’est pas le cas de Laurel. A cause d’une tâche de naissance, la jeune femme est considérée comme une sorcière et rejetée par tous. Sa vie est morne et solitaire, jusqu’à sa rencontre avec un jeune musicien muet perdu dans la forêt. Celui-ci s’installe rapidement chez Laurel et Hank et avec son arrivée, c’est l’espoir en l’avenir et l’amour qui entrent dans la vie de Laurel. Mais Walter cache bien des secrets et n’est pas forcément celui qu’il paraît.

Encore une fois, Ron Rash nous offre de magnifiques personnages. Laurel et Walter, sont des personnages véritablement attachants et passionnants. On assiste avec joie à la renaissance de Laurel. En dehors de ces personnages principaux, l’auteur nous présente une galerie de personnages, incarnant pour certains des stéréotypes.

Ce qui fait tout le charme de l’écriture de Ron Rash c’est le subtil équilibre qu’il crée entre l’espoir et le désespoir, l’ombre et la lumière. Car si la lumière atteint pour un temps les habitants du vallon, l’ombre n’est jamais bien loin et le prologue ne laisse planer aucun mystère, le malheur va rattraper le vallon maudit.

Car l’intrigue se déroule en 1918, au cours des mois précédant la fin de la guerre. Les esprits sont échauffés par la propagande, l’inaction et la colère. Plus que l’ombre du vallon, c’est donc bien la part d’ombre de l’âme humaine qui est une malédiction. L’horreur de la guerre, les préjugés et la haine de l’autre, s’opposent à la beauté de la nature, à celle de la musique et à l’amour.

J’ai une nouvelle fois été séduite par l’univers, la plume et les personnages de Ron Rash. Encore une fois Ron Rash ne me déçoit pas ! 

Extrait choisi par Ariane:

"Le vallon avait apposé sa marque sur elle pour montrer qu'elle lui appartenait."

12 commentaires:

  1. De l'auteur, tout est bon, de toute façon!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai beaucoup aimé ce roman-là, mais les autres aussi je dois dire.

    RépondreSupprimer
  3. Un auteur incontournable de la littérature américaine actuelle !

    RépondreSupprimer
  4. C'est par celui-là que j'ai l'intention de découvrir cet auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Comme Clara, c'est l'un de mes préférés... j'ai tout lu de ce qui a été traduit en français !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai de la chance il m'en reste encore à lire !
      Ariane

      Supprimer