samedi 25 juin 2016

La pluie avant qu'elle tombe - Jonathan Coe

Par Ariane




Auteur : Jonathan Coe

Titre : La pluie avant qu’elle tombe

Genre : roman

Langue d’origine : anglais

Traducteurs : Serge Chauvin et Jamila Ouahmane-Chauvin

Editeur : folio

Nombre de pages : 267p

Date de parution : avril 2010

Présentation de l’éditeur :

Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S'appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd'hui, l'histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l'enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences?
Tout Jonathan Coe est là : la virtuosité de la construction, le don d'inscrire l'intime dans l'Histoire, l'obsession des coïncidences et des échos qui font osciller nos vies entre hasard et destin. Et s'il délaisse cette fois le masque de la comédie, il nous offre du même coup son roman le plus grave, le plus poignant, le plus abouti.



Mon avis :

A l’occasion de notre dernier swap, Daphné a choisi dans sa bibliothèque ce titre qu’elle voulait me faire découvrir. C’est un roman qu’elle a particulièrement apprécié et l’un des tout premiers dont elle a parlé lors de la création du blog (ici). Le mois anglais étant l’occasion idéale de découvrir ce roman anglais, je l’ai donc sorti de ma PAL. Mais je dois avouer tout de suite qu’il ne m’a pas autant séduite que Daphné.

A la mort de sa tante Rosamund, Gill découvre des cassettes enregistrées qu’elle est censée remettre à Imogen dont elle ne garde qu’un vague souvenir. Ne retrouvant pas Imogen, elle décide d’écouter les cassettes en compagnie de ses filles. Rosamund souhaitait raconter à Imogen son histoire et s’appuie pour cela sur une vingtaine de photographies qu’elle décrit à la jeune aveugle.

Les relations mère-fille sont le cœur du récit et notamment les ravages que le désamour d’une mère peut engendrer chez son enfant. Rosamund assiste impuissante aux relations entre Ivyet Beatrix, Beatrix et Thea, puis Thea et Imogen. La relation initiale faisant boule de neige sur les suivantes jusqu’à la conclusion de ce cercle vicieux. J’ai été touchée par Beatrix et Théa lorsqu’elles étaient enfants, des fillettes malaimées et souffrant de ce manque d’amour. Et les mères qu’elles sont devenues par la suite m’ont affligée. Heureusement que Gill et ses filles incarnent une relation saine et équilibrée, emplie d’amour et de respect et viennent ainsi contrebalancer le sentiment de tristesse et d’impuissance que l’on ressent.

Il se dégage une certaine nostalgie douce-amère de ce récit, mais il y a également de nombreuses digressions qui peuvent lasser. De même que la construction orale de ce récit (Rosamund s'adresse directement à Imogen), d'où les interruptions, les retours au présent,... 
Au cours des soixante et quelques années qu’elle raconte, Rosamund aborde de nombreux sujets et traverse les époques, mais son propos restant l’histoire d’Imogen et de sa famille, tout cela est un peu survolé.

Au final, j’ai trouvé cette lecture assez plaisante, mais je n’en garde pas grand-chose.
Je remercie encore une fois Daphné d'avoir choisi ce roman, mais je regrette de ne pas l'avoir aimé autant qu'elle. 



Extrait :

« Eh bien moi, j’aime la pluie avant qu’elle tombe. Bien sûr que ça n’existe pas. C’est bien pour ça que c’est ma préférée. Une chose n’a pas besoin d’exister pour rendre les gens heureux. »

D'autres avis : Clara, Keisha, Enna, Titine,

10 commentaires:

  1. Pas trop de souvenirs, sauf que l'auteur est l'u n de mes préférés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens avoir vu plusieurs billets sur ton blog.
      Ariane

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé La maison du sommeil de l'auteur, j'ai prévu de lire celui-là mais je vais peut-être choisir un autre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai apprécié même si je suis loin du coup de coeur et d'autres l'ont vraiment aimé.
      Ariane

      Supprimer
  3. Je n'ai encore jamais lu cet auteur ; il serait peut-être temps ? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur qui plaît beaucoup sur les blogs.
      Ariane

      Supprimer
  4. Je sais que j'ai aimé mais je ne me souviens plus bien du contenu... Jonathan Coe fait partie de mes auteurs préférés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était mon premier mais j'en ai un autre qui m'attend dans ma PAL.
      Ariane

      Supprimer
  5. Tant pis! J'espère choisir un livre qui te plaira mieux la prochaine fois!
    Daphné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne m'a pas déplu non plus je te rassure !
      Ariane

      Supprimer