samedi 28 octobre 2017

La disparition de Josef Mengele - Olivier Guez

Par Ariane



Auteur : Olivier Guez

Titre : La disparition de Josef Mengele

Genre : roman

Langue d’origine : français

Editeur : Grasset

Nombre de pages : 240p

Date de parution : août 2014

Présentation de l’éditeur :

1949 : Josef Mengele arrive en Argentine.
Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz  croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant  ?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.



Mon avis :

De son arrivée en Argentine en 1949 à sa mort en 1979, Olivier Guez s’est penché sur la vie de Josef Mengele, « l’Ange de la mort » d’Auschwitz. Car le régime de Péron a accueilli à bras ouverts des criminels nazis et autres fascistes après la guerre.

J’aime la littérature et j’aime l’histoire, j’aime les romans historiques et les livres d’histoire, ainsi que les biographies. Mais La disparition de Josef Mengele n’est ni vraiment un roman, ni vraiment une biographie et en général j’ai beaucoup de mal avec ce type d’ouvrage où il est difficile de distinguer la réalité de la fiction. Toutefois, le récit d’Olivier Guez est bien documenté, bien construit et se lit facilement.

Si je savais que de nombreux criminels de guerre nazis s’étaient réfugiés en Argentine, je connaissais très peu les conditions de leur arrivée et leur vie dans ce nouveau pays. Ce fut donc très intéressant, et en même temps effrayant, de voir ces hommes évoquer leur passé sans remords ni scrupules, de les voir s’accrocher à l’idéal nazi. Très instructif également, la traque de ces criminels. J’ai été touchée par Rolf, le fils de Mengele, hanté par les crimes de son père. Le personnage de Mengele est terrifiant autant que méprisable, Olivier Guez n’a pas cherché à l’humaniser pas plus qu’à en faire un monstre, il nous montre un homme froid, cruel et lâche.

C’est donc un ouvrage très instructif même si je n’ai pas accroché avec la forme.





Extrait :

« Toutes les deux ou trois générations, lorsque la mémoire s'étiole et que les derniers témoins des massacres précédents disparaissent, la raison s'éclipse et des hommes reviennent propager le mal.
Puissent-ils rester loin de nous, les songes et les chimères de la nuit.
Méfiance, l'homme est une créature malléable, il faut se méfier des hommes. »

Les avis de Jostein, Eva, Nicole


6 commentaires:

  1. Je ne sais toujours pas si je le lirai, au vue de ton billet mitigé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est tout de même très intéressant, car l'auteur a fait des recherches poussées.

      Supprimer
  2. Je comprends ce que tu veux dire avec la forme, je n'aime pas beaucoup moi non plus. Mais j'ai tout de même l'intention de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été déçue souvent avec ce type de livre, je me demande pourquoi je continue !

      Supprimer
  3. Oui, la forme m'a beaucoup gênée aussi. Du coup j'ai saisi l'occasion d'assister à une rencontre avec Olivier Guez à la Fnac des Ternes mercredi. Il était en compagnie d'un historien et cela a renforcé ma perplexité. Car lui-même a beaucoup creusé son sujet, s'intéresse à l'après-guerre côté allemand depuis très longtemps et je n'ai toujours pas compris pourquoi il avait choisi la forme romanesque au risque de brouiller les pistes.. et de nécessiter la présence d'un historien pour discerner le vrai du faux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aurai sans doute préféré un ouvrage historique.

      Supprimer